• LES MONASTERES


    Shey et son Bouddha de 12 mètres.
     
    Il y en a dans les plus petits villages.
    Beaucoup s'accrochent dans la montagne dans des positions invraisemblables.
    Certains sont là depuis trois ou quatre siècles.
    Souvent magnifiques, dans des endroits qui ne le sont pas moins. 
    Une douzaine d'entre eux méritent vraiment le détour ou le déplacement. 
    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Lamayuru : XIe siècle, site superbe.
    Fresques très anciennes représentant la vie de Bouddha, grande collection de manuscrits sacrés.
    Un point de vue époustouflant depuis le temple situé au-dessus du monastère, mais grimpette sévère. 

    <o:p> </o:p>

    Alchi : au beau milieu d'un paysage lunaire, de roches et de sable, apparaît l'oasis d'Alchi avec ses champs verdoyants.
    Dans cinq temples, le monastère présente des bois sculptés polychrome et des fresques murales superbes.
    Il y a aussi une façade de bois sculpté qui date du IXe siècle.
    C'est le temple le plus ancien du Ladakh.

    <o:p> </o:p>

    Stock : pas un monastère, mais un palais construit par le dernier roi du Ladakh en 1820.
    Le palais est d'ailleurs toujours habité par la famille royale, même si elle n'a plus aucun rôle ni pouvoir depuis la fin du XIXe.
    Petit musée intéressant et plein d'objets de la cour royale.

    <o:p> </o:p>

    Shey : un vieux monastère plein de charme, une énorme statue de Bouddha (<?xml:namespace prefix = st1 ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:smarttags" /><st1:metricconverter ProductID="12 m">12 m</st1:metricconverter> de haut) couverte d'or, une lampe à huile qui brûle devant entièrement décorée de pierres précieuses.
    Devant le monastère, en contrebas, des dizaines de chortens de toutes tailles...

    <o:p> </o:p>

    Thiksé : construit au XVe au sommet d'une colline. Surnommé « le petit Potala ».
    Spectaculaire, photogénique à l'extérieur, bien sombre, parfum d'encens et odeur de lampes à beurre à l'intérieur.
    Des fresques fantastiques (notamment une qui représente la « roue de la vie », symbolisant les défauts de l'être humain qui sont la haine, le désir et l'ignorance, avec l'enfer en bas et le paradis en haut), des dizaines de petits bouddhas, des vieux casiers tout de guingois qui abritent des centaines de livres sacrés...

    <o:p> </o:p>

    Hémis : Coincé dans une gorge, il s'articule autour d'une vaste cour sur laquelle donnent de jolies vérandas de bois sculpté. Ne pas manquer les cuisines !

     

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :